Le réseau ferroviaire


Des Trains pour les  villes (1826-1865)

     C'est en 1826 qu'on parle pour la première fois d’une ligne de chemin de fer pour la Normandie. L'ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées Charles NAVIER propose en effet devant l'Académie des Sciences l'établissement d'un chemin de fer entre Paris et le Havre. Le projet peut nous sembler archaïque : il est prévu de transporter les wagons par traction animale, c'est-à-dire par des chevaux. Mais cette date marque tout de même le début de l’aventure du chemin de fer dans la région.

Double voie de chemin de fer
    

    En Normandie, les premières lignes normandes se mettent tardivement en place. Tandis que le premier tronçon de voie ferrée remonte en France à 1828, le premier chemin de fer normand ouvre en 1843, soit quinze ans plus tard. Mais la région rattrape rapidement son retard. Les débouchés qu’offre la Normandie sur la Manche joue en sa faveur. Nous sommes au début de la Révolution industrielle. L’État et les capitalistes saisissent tout l’intérêt de construire des lignes vers la mer par laquelle les usines importeraient le charbon et le fer anglais. Une locomotive atteint pour la première fois Le Havre en 1847, Dieppe en 1848. C’est dans un souci stratégique que le port militaire de Cherbourg reçoit assez rapidement un chemin de fer, en 1858.

    Les premières lignes normandes relient Paris aux principales villes provinciales. Le choix urbain se comprend bien : l’État et les compagnies recherchent des lignes rentables, celles qui drainent un important trafic de voyageurs et de marchandises. Conséquence, le chemin de fer dessert les gros centres industriels et commerçants. Faut-il croire pour autant que la campagne est marginalisée par le nouveau mode de transport ? Non, des gares intermédiaires se trouvent dans les bourgs, voire au milieu de champs et d’herbages (Bréauté-Beuzeville sur la ligne Rouen-Le Havre, Lison sur le Paris-Cherbourg). En effet, les céréales, les fromages, le beurre, la viande produites dans la campagne intéressent l’approvisionnement de la capitale. Il reste toutefois vrai que la plupart des paysans habitent loin des gares en 1865.

Obtenir une ligne de chemin de ferLes lignes d'intérêt local (1865-1880)